Fermer
 
 
Accueil Locations vides Locations meublées Ventes Publier une annonce
immobilière
Espace presse  
Espace presse ->Bon à savoir

Pourquoi les annonces immobilières ne sont pas efficaces à Abidjan ?

Par NIKKOSA, publié le 03/02/2017 | Vue 3 602 fois
Pourquoi les annonces immobilières ne sont pas efficaces à Abidjan ?

Le marché de l’immobilier en Côte d’Ivoire et en particulier à Abidjan est l’un des domaines où les annonceurs fournissent énormément d’énergies pour concrétiser une vente ou une location. En l’espace de quelques années, le nombre d’annonceurs a explosé à Abidjan. Que ce soit les professionnels de l’immobilier ou les particuliers, chacun use de sa stratégie pour mettre en valeur ses biens immobiliers afin de vite mettre en location ou vendre. Cependant le constat amer qui est fait est que malgré tous ces efforts, très peu d’entre eux réussissent à s’en sortir et même à mieux vivre de leur activité.

Une étude faite sur le sujet a révélé quelques raisons pour lesquelles les annonceurs peinent à bien «écouler leur biens ».

1. Les produits mis en avant ne sont pas toujours à la hauteur des consommateurs

La plupart des démarcheurs, courtiers et agents immobiliers, préfèrent se focaliser et beaucoup communiquer sur les annonces de grandes valeurs, espérant vite réaliser des transactions et percevoir de grosses commissions. Mais ce qu’ils oublient, c’est que la vie est devenue chère à Abidjan, et que tout le monde ne peut pas s’offrir le luxe de se louer un appartement de 3 pièces à 450 000 FCFA par mois, dans la commune de Cocody ou Marcory par exemple.

Une enquête menée sur le portail www.abidjan-immobilier.net, un site lancé depuis 2011, a révélé que les annonceurs qui publiaient des annonces dont les coûts étaient moins élevés étaient les plus consultés.

Mieux vaut donc publier 10 à 20 annonces ou voir plus dans le mois, dont les loyers sont en dessous de 200 000 FCFA par mois, que de publier des locations de 3 pièces à 400 000 FCFA le mois, ou une ou plusieurs ventes de 200 millions de FCFA.

2. « Ivoirien aime trop cadeaux ! »

Il y’a un adage qui dit : c’est l’argent qui appel l’argent. Beaucoup n’ont malheureusement pas encore compris cela. Aujourd’hui on trouve encore des agents qui collent sur des pancartes des papiers sur lesquels ils écrivent leurs annonces immobilières pour ne pas a avoir à dépenser dans leur « communication ». A voir ces affiches on se demande s’ils voient les choses en grand. N’oubliez pas que la communication, c’est aussi une affaire de contenant et de contenu. Pensez-y !

Certains par contre tentent de mieux faire en publiant leurs annonces sur des canaux gratuits tels que Facebook et d’autres sites internet d’annonces gratuites. Mais ce qu’ils oublient, c’est que tous les espaces gratuits attirent facilement une foule de concurrents, ce qui étouffe la visibilité de leurs annonces.

Dans les groupes Facebook dédiés aux annonces immobilières par exemple, les annonces ne restent pas figées. Chaque fois qu’une nouvelle annonce est publiée, les précédentes descendent très loin dans le fil d’actualité et finissent par disparaitre. L’annonceur est donc chaque fois obligé de revenir republier l’annonce ou de la commenter pour la faire remonter. Ces astuces sont certes intéressantes mais fastidieuses. Pourquoi ne pas faire mieux ?

Sur les sites payants comme Abidjan-immobilier.net, avec seulement 300 FCFA de crédit d’affichage acheté en ligne via Orange Money, l’annonceur peut déjà publier son annonce et toucher de façon stratégique sa cible. Le site possède en effet un moteur spécifique de recherche immobilier qui assure une bonne visibilité aux annonces. Par ailleurs ce portail est à Abidjan le seul site d’actualité générale qui ne met en avant rien que des annonces immobilières. Du coup chaque fois qu’une personne se rend sur le site pour s’informer, elle voit les annonces immobilières s’afficher. Quelle stratégie ingénieuse !

Donc juste avec 300 FCFA dépensée pour une annonce, l’annonceur est sûr de recevoir au moins 30 appels pertinents de clients intéressés et réaliser sa transaction. A défaut d’une transaction aboutie, il sait qu’il peut se faire un bénéfice à cause des frais de visites.

3. Sur internet, c’est l’image d’abord

Plusieurs annonceurs préfèrent communiquer sur leur bien sans publier de photos à l’appuie. Sur internet, c’est l’image d’abord qui pousse à lire quelque chose. Il est donc important de prendre pour habitude de publier les annonces immobilières avec des photos à l’appuie.

Voici là quelques éléments à prendre en compte pour faire de bonnes affaires en immobilier à Abidjan.


Partagez cet article: 
 

 

Partagez votre opinion

   
Nos publications
 
 
 
Qui sommes-nous ? | Nous contacter | Conditions d'utilisation | Publier une annonce | Espace agence |  Flux RSS Flux Rss

Edité par
©
2010 Nikkosa Communication.
Tous droits réservés.