Fermer
 
 
Accueil Locations vides Locations meublées Ventes Publier une annonce
immobilière
 
Espace presse ->L'histoire du jour

Incroyable: Je ne peux me passer de me toucher seule au point de ne plus avoir envie d'un homme.

Par LEVIS ATHEGNI, publié le 07/11/2016 | Vue 20 486 fois
Incroyable: Je ne peux me passer de me toucher seule au point de ne plus avoir envie d'un homme.

Elle prétend le faire même parfois trois à quatre fois par jours au bureau.

Ma vie amoureuse est devenue un enfer depuis que je me suis habituée à cette mauvaise habitude. J'ai eu une enfance difficile, ma mère étant occupée à nous donner le minimum vu que mon père n'était plus. Ce qui m'a plus ou moins rendue casanière. J'aimais tellement la solitude que jusqu'à ce que je sois à l'université, je n'avais pas d'amis. J'étais obligée d'avoir des amies vu qu'il le fallait lorsque j'étais au campus. Jusqu'à ce que je perde ma virginité à 28 ans.

Celui avec qui j'étais également, comptable d'une grande société représentée dans trois pays de la sous région. Je ne le voyais qu'une fois par mois. J'ai encore sombré dans mon monde où je me sentais plus à l'aise. Les avances j'en ai à foison, mais jusque là j'ai vraiment pas eu satisfaction lors des rapports avec les hommes. J'en ai essayé des relations mais une fois que nous passons à l'acte, l'homme que j'ai en face m'énerve et je finis par le fuir. Je préfère m'exciter toute seule, atteindre l'orgasme et je ressens plus de sensation.

Aujourd'hui, j'ai perdue toute envie d'un homme. Je m'enferme seule dans la chambre lorsque je rentre et tant que je ne me touche pas je suis nerveuse. J'avoues que je suis devenue dépendante et parfois il m'arrive à le faire trois à quatre fois par jours. Encore plus lorsque je suis au bureau.

Bien qu'étant responsable de la communication d'une grande ONG internationale, cela étonne même ma famille de ne pas être avec un homme. Je préfères mes attouchements que de supporter la présence d'un homme. Pourtant il me le faut car vu mon âge il me faut fonder un foyer, avoir des enfants et vivre avec ma famille. Je réalise que je suis prisonnière de moi même.


Partagez cet article: 
 

 

Partagez votre opinion

   
Nos publications
 
 
 
Qui sommes-nous ? | Nous contacter | Conditions d'utilisation | Publier une annonce | Espace agence |  Flux RSS Flux Rss

Edité par
©
2010 Nikkosa Communication.
Tous droits réservés.